LA FERME DES FOUILLETS

Archives par auteur: webmaster

Un avant goût de printemps


Tandis que la photopériode et les températures diurnes augmentent, la végétation se réveille. Les premières fleurs apparaissent.

Elles font le bonheur des abeilles de nos ruches qui profitent du moindre rayon de soleil pour aller collecter un peu de pollen et le ramener, amassé contre leurs pattes arrières, à la ruche .

De son côté, le jardinier, prudent, laisse encore, pour plus très longtemps le manteau de feuilles nourricier et protecteur sur le potager.

Cela ne l’empêche nullement de commencer les semis mais bien à l’abri des serres.

Le mois de Mars est aussi le meilleur moment pour admirer les lichens (association d’un champignon et d’une algue colonisant les supports humides et pauvres en nutriments). Leur présence en grand nombre indique un air peu pollué.

A la Ferme des Fouillets, nous en avons de très beaux spécimens. Les couleurs et les textures sont juste magnifiques à regarder.

La nature est vraiment inventive en forme et en couleurs!

Travaux d’hiver: apprendre des arbres

Les arbres étant dans un état de repos, l’hiver est la meilleure période pour couper leurs branches malades, gênantes et tombées au sol. Cette activité, très physique, permet aussi d’observer l’histoire du végétal et d’étudier l’extraordinaire ingéniosité de ces êtres vivants. Nous passons tous devant des tas de bois sans prêter attention aux détails qui y sont inscrits. Regardons ensemble ce bois d’un peu plus près.

Il faut savoir que le bois d’un arbre n’a pas une structure pleine mais plutôt poreuse. Plus un arbre pousse vite, plus son bois possède des pores. Nous pourrions comparer un arbre qui pousse vite à une tour Eiffel possédant des poutres en métal de soutient plus éloignées les unes des autres, par rapport à un arbre qui pousse lentement qui lui aura des poutres en métal plus rapprochées.
Mais un même arbre, et c’est là l’ingéniosité de cet être vivant, est capable aussi de s’adapter et de faire varier la vitesse de sa croissance en fonction des contraintes comme sur la photo ci-dessous.


Remarquez que le cœur du bois de cette branche de chêne n’est pas au centre de la branche. Le cœur est désaxé. Que pouvons nous apprendre de cette observation? Cela nous apprend que la branche se trouvait sur l’arbre presque en position horizontale. Le poids de la branche exerçant une pression menaçant de l’arracher, l’arbre a renforcé la solidité du bois sous toute la partie de la branche se trouvant « côté sol ». Le bois est donc plus dense dans cette partie, raccourcissant les espaces entre les cernes et donnant cette apparence « désaxée ».

Ici, on voit bien le travail d’un insecte qui a commencé à manger le bois au cœur de cette branche. La sciure est le résultat de son œuvre. Il a trouvé là son logis et son garde-manger!

Ici, enfin, on voit que le bois semble plus foncé en dessous et possède des lignes noires qui forment un dessin. Alors?
Il s’agit sans le moindre doute d’une branche tombée sur un sol humide durant plusieurs mois. Le bois mort a adsorbé par ces pores l’eau contenu dans le sol, lui donnant une couleur plus foncée dans cette partie. Ce bois humidifié a permis ensuite aux champignons du sol d’étendre par croissance leur réseau de filaments dans le bois humide pour s’en nourrir. Ce sont ces champignons qui sont les dessinateurs de ces lignes noires. Les champignons sont capables, parfois, de dessiner de complexes et magnifiques « fresques » dans le bois.
J’aime regarder les détails de notre quotidien. Sachons nous émerveiller de ce qui nous entoure.

Bonne année 2019!

Nous vous souhaitons à tous une très bonne année 2019!
Que cette année soit pour vous comme cette fleur de pissenlit, un feu d’artifice de beauté.


Pour ces fêtes, nous avons eu aussi la surprise d’avoir la visite d’un oiseau magnifique, rare et difficile à photographier: le martin pêcheur. L’éclat et les couleurs de son plumage n’ont rien à envier à nos habits de fêtes. J’ai juste eu le temps de prendre mon appareil photo.


Nous sommes contents de voir que notre activité respectueuse de l’environnement permet à la biodiversité de se développer. Elle nous permet, année après année, d’observer de plus en plus d’espèces sauvages.

Activités d’automne

Avec le manque de pluie de cet été, les légumes du potager se sont faits un peu plus rares mais délicieux. Le soleil a concentré leur saveur. Aujourd’hui, les légumes ne sont plus sur notre étal. Il faudra attendre 2019 pour les déguster de nouveau (je sais c’est long, tenez bon!). Nous avons encore pour quelques semaines du miel et des pains d’épices à vous proposer pour les fêtes. Ensuite nous fermerons temporairement jusqu’à la saison prochaine.

Côté activité à la ferme, le travail continue. L’automne est bien là. Les températures fraîchissent et les feuilles des arbres tombent au sol.


Cette période est donc propice à ramasser les feuilles, à les mélanger soigneusement à d’autres matières végétales et à en couvrir le potager.

Le sol sera ainsi bien protégé et nourri durant toute la saison froide.

L’automne, particulièrement aux alentours de la sainte Catherine, donne aussi le départ des plantations d’arbres et d’arbustes au jardin. C’est une activité que j’apprécie et qui réchauffe!
Titi, un de nos chats, m’a tenu compagnie durant tout ce temps.


Il y a encore quelques fleurs éparses au jardin. Leur rareté les rend encore plus « précieuses ».


Les marchés de Noël approchent et nous les préparons.
A bientôt à tous.

Soupe de potimarron et poireaux


Cela fait bien longtemps que je ne vous ai pas mis une recette. Eh bien, voilà! L’automne étant arrivé, je vous propose une recette de soupe que personnellement je trouve très goûteuse.
Pour cela, il vous faut:
1 kg de potimarron
3 poireaux
2 branches de céleri
2 oignons
2 cubes de bouillon de volaille
20 g de beurre
1 càc de noix de muscade
1/2 càc de curcuma

Épluchez le potimarron et débitez-le en dés. Émincez les poireaux et les branches de céleri. Épluchez les oignons et émincez-les.
Dans une cocotte, faites fondre le beurre et faites revenir les oignons pendant 5 min puis ajoutez les poireaux, le céleri et le potimarron. Saupoudrez avec les épices. Recouvrez d’eau. Ajoutez les 2 cubes de bouillon de volaille et faites cuire pendant 20 min.
Retirez du feu et mixez. Servez.
Vous pouvez ajouter de la crème pour plus de douceur et parsemez cette soupe de copeaux de châtaignes.
Bon appétit!

Surprise dans les haricots!

J’étais en train de cueillir des haricots à écosser quand soudain, mon œil fut attiré par un détail insolite.
Le voyez-vous sur la photo ci-dessous?


Allez, deuxième indice! Elle est bizarre cette feuille….

C’est pas facile! Si vous avez trouvé, bravo! Voici la solution ci-dessous:

Une jeune reinette verte se prélassant dans les rangs de haricots.

Çà, c’est du grand spectacle d’artiste comme sait le faire la nature! Le mimétisme de la robe est déjà impressionnant en soi. Les couleurs et la texture de la peau rendent la grenouille presque invisible. Mais en plus, dame nature a fait une incroyable folie décorative en attribuant à cette grenouille des yeux parés comme des pierres précieuses.

Le jardin au naturel, c’est voir comme la vie est belle.